L’Homéopathie

 

« L’Homéopathie est une méthode thérapeutique mise au point par le Dr Hahnemann. Selon sa conception, la maladie est considérée comme la réaction du corps pour se guérir, aussi sa méthode suppose une prise en compte de l’ensemble des symptômes présentés par le patient. Le choix des remèdes repose sur un principe de similitude et de dilutions infinitésimales. L’homéopathie s’adresse à tous et s’avère utile dans de nombreuses situations de santé. »

L’HOMEOPATHIE : HISTORIQUE ET DEFINITION :

L’homéopathie est une méthode thérapeutique découverte en 1796, par le médecin allemand Samuel Friedrich Hahnemann (1755-1843).

L’homéopathie est basée sur plusieurs grands principes :

1.       Principe de similitude (ou’ loi des semblables’) 

Ce principe nous dit qu’une substance (d’origine végétale, minérale ou animale) capable de produire des symptômes chez un individu en bonne santé, pourra, à très faibles doses, faire disparaître ces mêmes symptômes chez un individu malade. (‘homéo’ = ‘semblable’ en grec ancien)

Par exemple on peut donner pour combattre ou prévenir la grippe des remèdes homéopathiques contenant des parties du virus à très petite dose.

2.       Principe de dilution  (ou ‘La loi de l’infinitésimalité’)

Pour diminuer la toxicité d’une substance, le Dr Hahnemann la diluait très fortement avant de la donner aux malades. De cette façon, le remède homéopathique conservait son efficacité tout en étant dénué d’effets secondaires. En outre il se rendit compte que, plus une substance était diluée, plus elle agissait en profondeur et durablement.

Par exemple, Belladonna en 9CH est plus puissant qu’en 5CH.

Il y a plusieurs modes de dilutions :

  • Les décimales : la solution de base est diluée 10 x (= 1D), cette solution diluée est à nouveau diluée 10 x (= 2D), et ainsi de suite… elles sont surtout utilisées pour diluer des remèdes de phytothérapie ou de gemmothérapie. On utilise surtout les dilutions de  1 D à 5 D.
  • Les centésimales : la solution de base est diluée 100 x (= 1CH), cette solution diluée est à nouveau diluée 100 x (= 2CH), et ainsi de suite… les dilutions les plus courantes sont les 5 CH, 7CH, 9CH, 12 CH, 15 CH
  • Les Korsakoviennes : la solution de base est diluée 1000 x (= 1K), puis 1 goutte de cette solution est rediluée 1000 x et ainsi de suite,… les dilutions les plus courantes sont les 30 K, 200 K, 1000 K, 10.000 K.

La Mémoire de l’eau :

Selon les connaissances chimiques des propriétés des atomes, on sait qu’à partir d’une certaine dilution (12 CH et +), il n’y a plus de trace d’une substance. C’est pourquoi le monde médical est très critique envers l’homéopathie, car il ne peut comprendre qu’un remède aussi dilué puisse produire un effet.

Pourtant, bien qu’ils ne puissent pas être expliqués par la chimie classique, ses effets ont été minutieusement observés et reproduits depuis plus de deux  siècles.

Grâce aux développements de la physique quantique, on peut aujourd’hui beaucoup plus facilement imaginer qu’une substance puisse imprégner l’eau au cours de ses dilutions, et laisser une trace vibratoire de son information.

Dans les années ’80, le Professeur Benvéniste a pu démontrer il y a quelques années par des expériences vérifiées, sa théorie de la mémoire de l’eau. Mais, comme beaucoup de chercheurs en avance sur leur temps,  il fut durement critiqué par la science établie et écarté des milieux de la recherche. Aujourd’hui cependant, des chercheurs confirment ses découvertes et reprennent ses travaux.

3.       Principe de Dynamisation

Entre chaque étape de dilution, le remède reçoit des séries de succussions (ou chocs) Cela permet de libérer l’énergie contenue dans la substance médicinale et de transmettre sa vibration au solvant (eau et alcool).

4.       Principe d’individualisation  (ou personnalisation)

Ce principe découle directement de celui de similitude. Chaque personne est différente dans sa façon de réagir, aussi le traitement sera spécifique à chaque individu.

Lors d’une consultation  homéopathique, de nombreuses questions sont posées afin de  prendre en compte l’état physique et psychologique du patient. Partant de la totalité des symptômes présentés par le patient, on recherche ensuite le remède, unique, qui dans sa description rassemble le plus de symptômes semblables à ceux du patient.

DIFFERENTES ECOLES :

Depuis l’époque d’Hahnemann, plusieurs courants de pensées se sont développés. Certaines écoles divergent sur la manière d’appliquer le principe d’individualisation, ou sur la possibilité d’utiliser d’autres voies complémentaires.

L’école ‘uniciste’, c’est l’école classique, elle reste attachée à ne prescrire qu’Un seul remède à la fois, certains courants plus extrêmes estiment même qu’il n’y a qu’un seul remède correspondant à l’individu, à vie !

Les écoles ‘pluralistes’ ou ‘complexistes’ avancent d’autres manières de choisir un remède. Le principe du remède unique n’est en effet pas toujours vérifié, plusieurs remèdes peuvent aussi être donnés en même temps, car ils se complètent ou agissent sur des niveaux différents,  et enfin  il est parfois possible de donner un même remède pour un grand nombre de personnes (ex remèdes de grippe, de foie, …).

Parallèlement à la méthode classique qui s’appuie sur l’utilisation de répertoires ou de programmes informatiques pour choisir un ou plusieurs remèdes, il existe d’autres méthodes basées sur la mesure des réactions physiques du corps. La Bio-résonance consiste à enregistrer par des appareils la variation des réactions du corps, lorsqu’il est mis en présence d’un remède, pour en vérifier directement son influence. (Morathérapie)

CONCEPTION DE LA MALADIE SELON LES HOMEOPATHES :

Pour les homéopathes, le corps est investi d’une force intérieure appelée l’‘Energie Vitale’. Lorsque cette énergie vitale est déséquilibrée ou bloquée, elle va fortement réagir pour retrouver son équilibre et se débarrasser de l’élément perturbateur.

Cette réaction entraîne des symptômes, typiques pour chaque personne, qu’on appelle la maladie. La maladie est ici perçue comme la réponse de l’énergie vitale pour guérir.

Le remède homéopathique est choisi selon sa ressemblance avec les symptômes présentés par le malade. Agissant comme un ‘mime’ de la maladie initiale, il va amplifier la réaction de l’énergie vitale et accélérer la disparition des symptômes.

Ce n’est donc pas le remède qui guérit mais la réaction de l’énergie vitale.

Le remède homéopathique ne s’oppose pas aux symptômes, contrairement aux médicaments traditionnels, mais les ‘accompagne’ dans le sens de la guérison.

L ‘aggravation homéopathique’.                                                                                                  Parfois on peut observer une exagération passagère des symptômes après avoir donné un remède. Il ne s’agit pas d’une aggravation de la maladie, mais des symptômes provoqués artificiellement par le remède.

C’est aussi un signe de bonne qualité de l’énergie vitale et il sera généralement  suivi d’une disparition rapide des symptômes de la maladie.

A QUI S’ADRESSE L’HOMEOPATHIE ?
POUR QUELS TYPES DE PROBLEMES ?

L’homéopathie est une méthode naturelle, dénuée de toute toxicité, elle peut donc s’adresser à tous, quelque soit l’âge ou l’affection présentée. Appliquant les mêmes principes d’observation et d’innocuité, elle est aussi utile en médecine vétérinaire.

  • Les enfants y sont particulièrement réceptifs, car leur énergie vitale est très réactive et leur organisme encore peu intoxiqué par des médicaments ou d’autres polluants.
  • La grossesse est aussi une période propice à l’utilisation de remèdes homéopathiques  car ils sont sans conséquences pour l’enfant.
  • L’homéopathie peut apporter un soulagement dans la plupart des maladies chroniques, et contribuer à réduire l’intensité ou la fréquence des épisodes aigus.

L’homéopathie a ses propres limites                                                                                                Si elle ne peut pas prétendre tout guérir, elle peut encore jouer un rôle dans certaines situations, parallèlement aux prises en charges médicales spécialisées :

  • Dans les situations d’urgences vitales
  • Dans les maladies lésionnelles (fractures, cancers, ulcères,…), en dehors des situations critiques, l’homéopathie pourra contribuer à stabiliser un terrain sensible ou à stimuler les processus de réparation.
  • Dans les maladies graves, (cancers, maladies auto-immunes, Sida, …)
  • ou les maladies dégénératives (parkinson, démences, …), elle peut contribuer à stimuler les défenses immunitaires, à renforcer la réactivité du corps, à détoxifier l’organisme et ainsi diminuer les effets secondaires des chimiothérapies, des radiothérapies, ainsi que d’autres traitements allopathiques.

LES INDICATIONS PRINCIPALES :

Chez l’enfant :

  • – otites, rhumes, bronchites, gastro-entérites
  • – asthme, bronchites et infections orl à répétition
  • – eczéma, croûtes de lait, verrues, molluscum
  • – rhume des foins, allergies alimentaires
  • – troubles digestifs, colite
  • – troubles d’apprentissage, concentration
  • – troubles du comportement : agressivité, jalousie, timidité
  • – troubles du sommeil, terreurs nocturnes, énurésie

Chez l’adulte :

  • – grippe, gastro-entérite, sinusite, cystite,
  • – faiblesses immunitaires, infections récidivantes, herpès, mycoses
  • – constipation chronique, ballonnements, gastrite, colite,
  • – maladies chroniques : tendinites, arthrites, migraines, vertiges,
  • – troubles de la grossesse, des règles, de la ménopause
  • – problèmes de peau : acné, eczéma, psoriasis, furonculose,
  • – troubles émotionnels, anxiété, manque de confiance
  • – stress, burn out, dépression, deuils, spasmophilie
  • – troubles de la concentration, mémoire,
  • – trouble du sommeil, décalage horaires, fatigue chronique

COMMENT PRENDRE LES REMEDES HOMEOPATHIQUES ?

  • Les remèdes homéopathiques sont des remèdes fortement dilués, aussi, il est recommandé de les prendre à distance des repas ou de la prise des autres médicaments. Il est donc préférables de les prendre, au moins 1/4h avant les repas ou 1h après.
  • Pour éviter une baisse d’efficacité du remède, on déconseille la prise de toute substance au goût ‘fort’ à proximité de la prise du remède, traditionnellement on déconseille la menthe ou le café,  mais c’est aussi valable pour de nombreux produits industriels actuels.
  • Pour les mêmes raisons, les granules ne doivent pas être touchés avec les doigts. Les tubes sont équipés de systèmes pour délivrer les granules sans contact direct.
  • Sauf indication particulière du médecin, la fréquence de répétition d’un remède dépend de sa dilution. Il ne faut jamais répéter la dose quand le symptôme est amélioré !
  • L’association de l’homéopathie avec d’autres traitements, classiques ou naturels, est toujours possible. Le médecin vous indiquera comment procéder selon la situation.

Liens utiles pour plus d’informations…

http://www.dochomeo.com/encyclopedie.htm

http://www.pharmaciengiphar.com/medecines-naturelles/homeopathie/homeopathie-quelques-precisions

http://www.passeportsante.net/fr/Therapies/Guide/Fiche.aspx?doc=homeopathie_th

Laissez-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s