L’Auriculothérapie

L’Auriculothérapie

L’auriculothérapie est une thérapie qui se base sur la stimulation de points réflexes situés sur le pavillon de l’oreille.

Elle repose sur un concept développé au début des années 1950, par le Docteur Paul Nogier, médecin à Lyon.

Certains points de l’oreille étaient déjà bien connus dans l’acupuncture traditionnelle (l’acupuncture auriculaire) mais peu utilisés.
Le Docteur Nogier s’y intéressa et observa que la plupart des zones du corps possédaient une correspondance sur l’oreille (somatotopie).
Suite à ses observations, il en vint à dessiner une carte très complète de localisation des points réflexes qu’il publia en 1956.
Selon sa description, les points de l’oreille sont disposés comme un foetus à l’envers.
Depuis, l’auriculothérapie s’est affinée et de nombreux travaux de recherche ont permis de comprendre son mode de fonctionnement et les raisons de son efficacité.

Elle est reconnue par L’Organisation Mondiale de la Santé (O.M.S.) depuis 1987.

Inspirée par l’auriculothérapie, la Chine, a recréé en parallèle une acupuncture auriculaire inspirée des théories de la médecine chinoise.
Il existe donc deux approches très différentes, l’acupuncture auriculaire et l’auriculothérapie du Docteur Nogier.

L’Auriculomédecine

En 1966, suite à ses recherches, le docteur Nogier met en évidence, le Réflexe Auriculo Cardiaque (RAC), appelé aussi ‘Pouls de Nogier’. C’est la naissance de l’Auriculomédecine.

Le ‘Pouls de Nogier’ est une modification brève du pouls radial produite en réaction à une stimulation extérieure.
Par ce moyen on peut vérifier directement l’impact d’un élément extérieur sur l’organisme ou confirmer le choix d’un point à traiter.

Principes de traitement par l’auriculothérapie

La technique consiste à stimuler différents points réflexes représentés sur l’oreille pour soigner  les organes ou les systèmes correspondants.

L’oreille est donc, à la fois un tableau de bord sur lequel on peut détecter les différents points déréglés et une zone de commande
permettant le traitement des points afin d’obtenir une action thérapeutique.

L’auriculothérapie apporte de nouvelles voies thérapeutiques et la possibilité d’agir à l’origine  des problèmes.
Elle peut être utilisée seule ou en complément des thérapeutiques classiques.
Dans les problèmes chroniques, elle permet souvent réduire certains traitements anti-douleur ou anti-inflammatoires.

Le traitement des points réflexes auriculaires

Plusieurs méthodes sont possibles :

On utilise le plus souvent des aiguilles courtes qui seront placées sur les points actifs.

Ces aiguilles dites ‘semi-permanentes’ peuvent rester en place plusieurs jours avant de tomber d’elles-mêmes.

On peut aussi stimuler des points en cours de séance :

  • A l’aide d’un stylet mousse, par micro-courants, par cryothérapie ou par laser,
  • soit encore en plaçant des aiguilles d’acupuncture classiques

La détection des points auriculaires peut se faire de différentes façons :

  • Par la douleur évoquée :

Normalement, chez un sujet sain, aucun point n’apparaît douloureux sur l’oreille.
En revanche en cas de pathologie quelconque, un ou plusieurs points correspondants, deviennent sensibles à la pression.

  • Par mesure de la résistivité électrique :

Comme tous les points d’acupuncture, les points de l’oreille présentent des propriétés électriques particulières.
Ils peuvent donc être localisés et mesurés par des appareils d’électro acupuncture (EAV).

  • Par la modification du pouls radial :

Cette réaction réflexe peut être déclenchée par des stimulations mécaniques, magnétiques, électromagnétiques ou fréquentielles
lorsqu’elles sont appliquées au niveau d’un point pathologique de l’oreille.

Les indications

Au début de sa pratique, les principales indications du Dr Paul Nogier étaient l’aide au sevrage tabagique, le traitement des douleurs et des problèmes digestifs.

Suite à l’évolution des connaissances et des travaux, les indications se sont élargies :

  • Douleurs aigües : entorse, fracture, colique néphrétique, lumbago, sciatique, blocage vertébral, torticolis
  • Douleurs chroniques : tendinites, arthrose, névralgies, algodystrophie
  • Séquelles douloureuses : zona, moignon d’amputation, maladies dégénératives.
  • Intoxications : tabac, alcool,
  • Troubles fonctionnels :  spasmes, dystonies neurovégétatives, vertiges,
  • Troubles digestif, hormonaux, circulatoires, cutanés, organes des sens
  • Allergies, immunité
  • Emotions, stress, angoisses, boulimie, sommeil,

Les contre-indications

  • Les femmes enceintes.
  • Les personnes âgées.
  • Les patients sous anticoagulant.
Publicités

Laissez-moi un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s